CKoi-7art

  1. Home
  2. /
  3. CKoi-7art

CKoi-7art

Je présente mes articles en dur, comme mes peintures et mon livre:
Mais la réalité est un objet de réflexion et de pensée, un objet dématérialisé et volatile comme un courant un µcourant,
Une différence de potentiel entre deux neurones espacés d’un millième de mm…
Toutes ces références de mesures et de Lois sont issus de la réflexion que seul(e)s les Hommes et les Femmes peuvent émettre sur le sujet qui leurs convient…
Aussi voilà bien l’anti-pensée des objets dématérialisés que j’ai cru toucher et émettre…

Comme Moi comme pour Toi !?


Est le fruit d’une réadaptation de « La schizophrénie je murmure tes cris… », réécrit par Vinzhan Nguyen en 2017/18.
-Les angoisses porteuses de questions essentielles auxquelles l’auteur essaie de donner des réponses, sans cette volonté de soumettre est pourtant, ce que je désirerais dans l’approfondissement de ma « pathétique attitude » … Cependant la multiplicité des tensions que j’expose ici suscitent la déchirure où, l’espace résonne comme un désir de grandeur. En essayant de vous ouvrir les yeux sur ce que j’ai traversé, je fais mon « Mea-Culpa » et j’en tire des conclusions sur le monde satyrique, aboutissement de l’individualité du système incontournable dans lequel, nous vivons tous.

«-Nous sommes parcourus d’un frisson dans cet univers cosmique où l’extrême lointain contraste avec une approche absolue..»
-Je présente dans ses textes ma vie comme l’eau qui en est la source, «une pêche» que je me prends dans la figure, et une pêche, rapport intimement naturel, qui me rapproche de l’essentiel… La terre, elle, est un vestige, des traces enfouies, ensevelies…

L’espace où l’éclat des étoiles peut-être féroce mais, parfois aussi le signe qui m’absorbe, comme vous le découvrirez. Je résiste et bâtit des passerelles permettant de révéler l’émergence d’une lumière, dans les vibrations et le frémissement de l’air, comme une balise de détresse qui n’a pour seul but que d’être entendue, mais qui s’éteint au fur et à mesure de la réflexion qu’elle suscite…
La suite de «La Schizophrénie je murmure tes cris…»,1er de mes ouvrages, reprend quelques thèmes basiques à ce qui m’est, ou plutôt m’était propre… « Écorché, vivant, debout, parfois las », mes plus belles histoires racontent pourtant les rives du Mé-kong ou de la Loire, comme exutoire à la déception d’un monde pourtant bien inoffensif malgré tout…

En savoir plus sur ce Livre


Sur Smartphone télécharger ReadEra sur le playstore (gratuit) pour avoir le meilleur rendu.

Je me présente, Vinzhan, auteur de ces réalisations et de ce qui me caractérise:

En savoir plus sur ces Acryliques

Je m’appelle Vinzhan, comme je vous l’ai écrit un peu plus haut et durant mes 47 années de vie, j’ai rencontré différentes phases de transformations intérieures: Faisant des apparitions dans une multitude d’endroits et d’ambiances et de lieux avec leurs règles tabou et prônées, et les impératifs pour s’adapter…

-J’ai erré dans les couloirs des endroits de souffrances, me repliant sur moi-même, vivant une mort de l’âme, et j’ai fini par trouver une autre vision de la vie. « Est-ce la prise de psychotropes qui donne cela », où est-ce un questionnement profond de l’être sur lui-même qui décide de faire ce travail de remotivation profonde?

-Ce qui est sûr c’est que j’ai commencé à m’exprimer sur les ressentis et ce que nous portons tous en nous, nos envies, qu’elles soient de créer ou plus simplement, de posséder ce que l’on désire, car elles sont motrices du renouveau et des rencontres avant conceptualisées…

Rouge-Sans Sens, Sans discussion

Rouge-Sans Sens, Sans discussion

-Rouge comme le sang qui coule et représente l’évacuation de la force vitale, un extincteur représentant la sécurité des patients, rouge également, Car il est Vital que du personnel se sacrifie, si j’ose dire pour le mieux être des autres…Il en va de leurs vies pour certains…

-Malgré les difficultés rencontrés il faut aller de l’avant et se débarrasser de nos craintes et de notre passé…Et ainsi laisser les à-priori qui déclenchent chez nos congénères de la répulsion…

-La remise sur les rails ne sera pas si longue, car à force de travail, je ne me rends plus compte du temps qui passe…
-A une période les secondes devenaient des minutes et les minutes des heures insurmontables…
-Les mois s’écoulaient, dans le vide sidéral et tourmenté qui peut amener la peur de la réflexion et des questions existentielles,
-Comme si l’esprit était lavé, désinfecté et stérile d’une quelconque idée…

-Mais c’est sans compter sur les ressources humaines qui parfois, je l’espère dépassent l’entendement simple de la vie de tous les jours…
-Une bonne leçon pour l’inactivité qui ne peut plus se suffire à elle même, car elle est dénuée de sens et d’intérêts; N’apportant plus, ainsi que la destruction de l’être et ses valeurs les plus obscures…

-Que serait demain sans présent?
-Beaucoup de quotidiens brisés ne verront pas de jours heureux avant longtemps, mais ce qui compte, c’est que le seul ami qui est en nous, aussi petit soit-il, a une voix à faire entendre…

-Cet ami, c’est l’art de l’expression écrite, cet ami c’est un pinceau ou un clavier d’ordinateur, cet ami c’est la forme qu’on veut lui donner si on le peut.

Mes motivations sont ici…

_Vinzhan_